Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 21:32

"Lors d'une tentative effectuée le 26 septembre 1983, M.Afanassief et J.P.Quilici furent stoppés par une fissure large non protégeable avec un matériel classique"

Quelle invitation pouvait être plus tentante pour nous que cet appel à la défloration d'une fissure large??? Aucun.

 

 

S'il était entendu que Mr Afanassief décédé depuis n'y retournerait malheureusement pas, nous nous questionnions sur l'envie que pouvait avoir J.P Quilici d'y monter finir son oeuvre, ne le connaissant pas personnellement et le personnage étant assez intimidant, nous n'osions pas trop demander. Le hazard fait parfois bien les choses puisque nous l'avons croisé par chance dans la Purcaraccia il a été tout de suite emballé (et bien briefé par JL Fenouil!!) pour que nous y allions et nous a donné des conseils sur l'accès et un bivouac laissé au pied par lui et son collègue.

Etant donné l'accès plus que mortel au pied de la voie (les anciens protagonistes y avait accédé en hélico) et commençant à bien connaitre le fond du ravin du Pulischellu, nous avons décidé avec Marie-line et Gille Donadio de ne pas faire le tour par le haut du Vallon mais de rejoindre le pied du grand pilier sommital en ouvrant un autre pilier en dessous "honey moon" cette voie se trouve 300m à droite "des larmes du Pulischellu".

 

 

 

 

Ayant prit la pluie en haut du pilier et passé une nuit mémorable dans le bivouac du crane la journée du lendemain à été foirée et utilisée à redescendre à la voiture. Si seulement nous l'avions su, nous étions à 50m du Bivouac Quilici et d'une tente!! dommage mais le matos était à pied d'oeuvre il ne nous restait qu'à attendre le soleil pour remonter quelques jours plus tard en mode fast and furious (pour les dérapages...) dans le bas "des larmes" qui portent bien leurs noms après la pluie...

 

 

Comme souvent en Corse, il nous est apparu difficile d'évaluer l'ampleur de la face, le plan était de partir léger à la journée et de rejoindre le point atteint par les ancienss, poursuivre jusqu'au sommet et avoir assez de temps pour équiper une redescente, rejoindre le Giru, le vallon et remonter jusqu'à notre matos. En cas de foirade, bivouac au sommet (ou plus bas) avec du gros matos : une puff et un sachet de riz chacun.

Effectivement le bas de la voie s'est rapidement avéré être "tendu", pas moyen de courir (le 5+ valant largement son pesant de 6b moderne!) lorsque nous avons rejoint le top (200m) atteint par JP et Afanassief il était tard, nous étions trop chargé : gros cam, flotte et fringues pour la nuit, lampes...Gros coup de pression, conciliabule : nous décidons qu'il ne doit pas être si difficile d'improviser des rappels mais qu'il faudra décider de redescendre assez tôt pour le faire de jour. Il nous reste plus des 2/3 de la face alors en route!

 

 

Après une grande trav presque descendante, nous rejoignons une ligne de fistrouilles raide mais évidente que nous suivrons jusqu'au sommet, quelques inquiétudes pour l'énorme surplomb qui barre le haut de la face mais avec le matos que nous avons ça passera bien, en fait ce n'est pas dur mais alors que les nuages se dissipent quel gaaaaazzzzzzz!!

 

 

 

sommet candellonu

 

Sommet pas trop tard, deux photos et on s'arrache, les nuages nous cachent le ravin et on descend au jugé vers ce qui nous semble être le Giru, pas mal d'arbres en 6 rappels nous sommes en bas. mais en bas de quoi? Marie-line avait compris que nous arriverions au pied de la tour et devrions la contourner, je pensais que nous rejoindrions la brèche permettant de redescendre du bon coté. (bon...le filles ont parfois un certain sens de l'orientation..). Après une heure de canyoning, nous voilà au pied du Candellu et rapidement à notre bivouac 4 étoiles. PFIOuu!

 

bivouac Quilici

 

 

topo bientôt (ou à l'auberge)

Partager cet article

Repost 0
Published by tradannot - dans Corse nouvelles voies
commenter cet article

commentaires